18 mai 2006

LES TROIS FILS

Trois femmes se rendirent à la fontaine pour y puiser de l’eau. Près de la fontaine, sur un banc de pierre, était assis un vieillard qui les observait en silence et écoutait leurs bavardages. Chacune était en train de faire l’éloge de son fils.

"Mon fils, dit la première, est si rapide et si agile que personne ne peut l’égaler."

"Mon fils, soutient la seconde, chante comme un rossignol. Personne au monde ne peut se vanter de posséder une voix pareille."

"Et toi, que dit ton fils ?" demanda-t-elle à la troisième, restée silencieuse.

"Je ne sais que dire de mon fils, répondit la femme. C’est un beau garçon comme il y en a tant. Il ne sait rien faire de spécial."

Quand les amphores furent remplies, les trois femmes prirent le chemin du retour. Le vieillard les suivit sur un bout de chemin. Les amphores étaient lourdes et les femmes avaient du mal à les porter. A un certain endroit, elles s’arrêtèrent pour reposer leur pauvre dos endolori.

Trois jeunes vinrent à leur rencontre.

Le premier improvisa un spectacle : les mains posées à terre et pieds en l’air, il faisait la roue et finit par enchaîner un saut périlleux après l ’autre. Les femmes le regardait extasiées. Quel jeune homme adroit !

Le second se mit à chanter. D’une voix splendide, il broda dans la mélodie mille variations, comme un rossignol. Les femmes l’écoutaient les larmes aux yeux : C’est un ange !

Le troisième jeune homme se dirigea vers sa mère, prit la lourde amphore et la porta en marchant à ses cotés.

Les femmes se tournèrent vers le vieillard :

"Alors que dis-tu de nos fils ?"

"Des fils ?" s’écria le vieillard étonné. "Moi je n’en ai vu qu’un seul !"

>>>>>> Auteur inconnu

Posté par _AmerTume_ à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LES P'TITS RIENS

Un p'tit rien, ça coûte rien,

Un p'tit rien, ça fait du bien.

C'est un sourire qu'on peut offrir.

Un coup de pouce pour l'avenir.

Les p'tits mots de tous les jours.

Ca va, merci, bonjour

Peuvent être gorgés d'amour.

Toutes ces marques de confiance,

C'est du soleil en abondance.

Si tu leur donnes tout leur sens.

Les p'tits gestes qui viennent du coeur.

Un clin d'oeil, une fleur

C'est la recette du bonheur.

Posté par _AmerTume_ à 20:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

L'AMOUR

banL'amour ce n'est pas uniquement des paroles ; ce n'est pas non plus les baisers.

L'amour, c'est un sentiment profond dont le coeur est le symbole.

Quand on s'aime, on offre sa tendresse, sa joie de vivre et sa bonne humeur, avec plaisir ; on se donne, soi, tout entier, dans des gestes pleins d'allégresse.

Le bonheur de l'amour, c'est de pouvoir tout aimer, aussi bien le corps que l'esprit, les idées, les différences ;

Quand on arrive à oublier les défauts, à se baser sur les qualités, on a vraiment trouvé le chemin de l'amour, dans la pureté et la liberté.

Aimer, c'est être capable de pardonner ; c'est dire à l'autre qu'on l'aime, sans jamais se lasser ;

C'est être capable de retenir sa langue afin de ne pas offenser ; c'est reconnaître que l'on peut se tromper.

>>>>>> Auteur inconnu

Posté par _AmerTume_ à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 avril 2006

DEUX PETITS HOMMAGES

hommageA ma soeur de coeur...

A ma petite soeur de coeur...
Qui pour la vie a beaucoup de rancoeur...
Confies moi tes doutes et tes peurs...
Car je t'aime comme une soeur...

Toi petite soeur ne me quittes pas...
Luttes et ne baisses pas les bras...
La vie est un éternel combat...
Et tu pourras toujours te reposer sur moi...

Toi petite soeur tu pourras toujours me parler...
Car jamais je ne t'abandonnerais...
Sur ta soeur tu pourras toujours compter...
Car à jamais je t'aimerais...

---------------------------------------------

A mon grand ami...

On s'est rencontré un beau jour d'été...
Et j'ai compris qu'on se lierais d'amitié...
Le temps a maintenant passé...
Et je ne m'étais pas trompée...

On se ressemble énormement...
Dans les bons comme les mauvais moments...
Tu as été toujours présent...
Et je t'adorerais toujours infiniment...

Ne crois surtout pas que je t'abandonnerais...
Car tout ce que je t'ai dis, je le pensais...
Je t'aiderais chaque jour à avancer...
Car je ne veux pas que tu partes à jamais...

J'ai trouvé en toi un véritable ami...
Et je crois fort en ce sentiment qui nous lie...
C'est pour cette raison que je te dis...
Qu'on restera amis pour la vie...

Bisous à toi, mon grand ami...

Posté par _AmerTume_ à 13:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

POURQUOI ??? TOUT SIMPLEMENT POURQUOI...

pourquoiPourquoi aller bien ne dure jamais?
...
Pourquoi obscurité ratrappe toujours lumière?
...
Pourquoi sourire s'efface pour laisser place aux soupirs?
...
Pourquoi je sens encore le vide me gagner?
...
Et toi, pourquoi ne me parles tu plus ?
...
Juste parce qu'être heureuse ne me ressemble pas...
...
Juste parce que la tristesse fait et fera toujours partie de moi...
...
Juste parce que mes yeux ne savent plus du tout sourire...
...
Juste parce que la réalité me donne envie de fuir
...
Et moi, j'ai juste fait les mauvais choix

Posté par _AmerTume_ à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

PETIT ANGE SI FRAGILE

aoi1Petite Ange de porcelaine
Ne s'effritant de nulle part
Il faut veiller sans perdre haleine
Pour que tu restes saine, épargnée par la gangrène

Dressée en un équilibre incertain
Sur cette terre si instable
Ta lumière oscille au bout de ta main
Venant bercer mes rêves endormis

Mais mes songes pourtant ne cessent d'avertir
Mes propres mains qu'elles soient toujours plus agiles
Qu'elles te caressent douces comme un soupir
Belle Ange en porcelaine tu es si fragile

Toi si fragile et si belle
Je te garderais sous mon aile
Pour te protéger toujours
Du mauvais sort des sortilèges

Toi si joviale, petite lumière pleine
Veilleuse ma main t'aiderait
Ma fragile Ange en porcelaine
T'aiderait à ne te briser jamais

Posté par _AmerTume_ à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

LE SILENCE DES MOTS

silence_motsSi seulement il existait des mots
qui sauraient te raconter,
je trouverais les plus beaux
ceux qui ne peuvent rien briser.

Je les placerais devant toi
sur une tendre melodie
et ils t'exprimeraient ce que moi
je n'ai encore jamais dit.

De ta tendresse et de ta douceur
ils sont le lien qui nous unit
car j'y ai trouvé dans ton coeur
un amour infini.



Pourquoi donc cette solitude
d'un coeur qui a tant souffert,
vient blesser les habitudes
comme si elles ne savaient que faire.

Ce matin je pense à toi
et les mots dansent devant mes yeux,
j'aimerais être dans tes bras
plus un seul mot rien que nous deux.

Dans le silence de chaque mot
il y a tant de parole et d'amour
que tout ce que mon coeur trouve beau,
grandit à chaque jour.

Posté par _AmerTume_ à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

MOTS AU QUOTIDIEN...

bla1les mots de tous les jours
ne portent ni veston ni cravate
ils dépeignent le quotidien
ils parlent de sentiments
de caresses et d'affection
ils tapent sur l'épaule
du copain qui est dans le pétrin
qui a besoin de compréhension
ils lui disent les mots qu'il faut
et ils versent avec compassion du baume
sur les plaies qui marquent sa peau

sans se prendre pour des acrobates
les mots sourient aussi à la vie
ils leur arrivent de faire les bouffons
de marcher les pattes en l'air
ils s'esclaffent et rigolent
ils racontent des blagues
souvent même assez polissonnes
s'expriment sans faire de détours
sur le sexe et la drague
ils s'amusent à jouer des tours
sans prendre les choses trop au sérieux

mais les mots comme va le vent
vite changent de direction
virent de tribord à bâbord
deviennent tantôt tristes
avec des accents mélancoliques
tantôt ils sont remplis d'angoisse
affichent des visages affligés
parfois avec gène ils bafouillent
ne savent plus trop quoi dire
alors tout piteux ils se taisent
leurs silences éloquents en disent long

à d'autres moments leur ton est lyrique
ils s'enfilent comme des perles
et s'alignent pour former des vers
qui disent avec plus de douceur
l'amour que l'on n'ose déclarer tout haut
ils prononcent tout bas les déclarations
de l'amoureux transi à sa bien-aimée
et quand ils deviennent muets
ce n'est pas parce qu'ils bougonnent
c'est qu'ils n'ont plus rien à dire
et que dans le dictionnaire ils dorment

Posté par _AmerTume_ à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LES DOUX MOTS

blaLes doux mots que morte et passée...
On dirait presque des mots d'amour,
De sommeil et de demi-jour...
La plupart des mots que l'on sait
N'enferment pas tant de bonheur.
On dit Marthe et l'on dit Marie,
Et cela calme et rafraîchit. -
Il y a bien des mots qui pleurent
Ceux-là ne pleurent presque pas...
Marthe, c'est, au réveil, le pas
Des mères dans la chambre blanche,
C'est comme une main qui se pose,
Et l'armoire sent la lavande...
Il faut murmurer quelque chose
Pour se bien consoler, des mots,
N'importe lesquels s'ils consolent,
S'ils endorment et tiennent chaud. -
Ah! loin des meilleures paroles,
Les doux noms que Marthe et Marie,
Les doux mots que morte et passée...

Posté par _AmerTume_ à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LE CHEMIN DES MOTS

Il était une fois une petite fille qui ne trouvait jamais les mots pour dire ce qu'elle ressentait. Chaque fois qu'elle tentait de s'exprimer, de traduire ce qui se passait à l'intérieur d'elle, elle éprouvait une sorte de vide. Les mots semblaient courir plus vite que sa pensée. Ils avaient l'air de se bousculer dans sa bouche mais n'arrivaient pas à se mettre ensemble pour faire une phrase. Dans ces moments-là, elle devenait agressive, violente, presque méchante. Et des phrases toutes faites, coupantes, cinglantes sortaient de sa bouche. Elles lui servaient uniquement à couper la relation qui aurait pu commencer. De toute façon tu peux pas comprendre. Ca sert à rien de dire. C'est des bêtises de croire qu'il faut tout dire!

D'autres fois, elle préférait s'enfermer dans le silence, avec ce sentiment douloureux. Que de toute façon personne ne pouvait savoir ce qu'elle ressentait, qu'elle n'y arriverait jamais. Que les mots ne sont que des mots. Mais tout au fond d'elle-même, elle était malheureuse, désespérée, vivant une véritable torture à chaque tentative de partage. Un jour, elle entendit un poète qui disait à la radio que "Il y a chez tout être humain un chemin des mots qu'il appartient à chacun de trouver." Et, dès le lendemain, la petite fille décida de partir sur le chemin des mots qui était à l'intérieur d'elle.

La première fois où elle s'aventura sur le chemin des mots, elle ne vit rien. Seulement des cailloux, des ronces, des branchages, des orties, et quelques fleurs piquantes. Les mots du chemin des mots semblaient se cacher, paraissaient la fuir. La seconde fois où elle chemina sur le chemin des mots, le premier mot qu'elle vit sur la pente d'un talus fut le mot OSER. Quand elle s'approcha, ce mot osa lui parler. Il dit d'une voix exténuée: "Veux-tu me pousser un peu plus haut sur le talus?" Elle lui répondit: "Je crois que je vais te prendre avec moi et que je vais t'emmener très loin dans ma vie."

Une autre fois, elle découvrit que les mots étaient comme des signes sur le bord de ce chemin et que chacun avaient une forme différente et un sens particulier. Le deuxième mot qu'elle rencontra fut le mot VIE. Elle le ramassa, le mit contre son oreille. Tout d'abord, elle entendit rien. Mais en retenant sa respiration, elle perçut comme un petit chuchotement: "Je suis en toi, je suis en toi" et plus bas encore: "Prend soin de moi." Mais là, elle ne fut pas très sure d'avoir bien entendu.

Un peu plus loin sur le chemin des mots, elle trouva un petit mot tout seul, recroquevillé sur lui-même, tout frileux comme s'il avait froid. Il avait vraiment l'air malheureux ce mot-là. Elle le ramassa, le réchauffa un peu, l'approcha de son coeur et entendit un grand silence. Elle le caressa et lui dit: "Comment tu t'appelles-toi?" Et le petit mot qu'elle avait ramassé lui dit d'une voix nouée: "Moi, je suis le mot SEUL. Je suis vraiment tout seul. Je suis perdu, personne ne s'intéresse à moi, ni ne s'occupe de moi." Elle serra le petit mot contre elle, l'embrassa doucement et poursuivit sa route.

Près d'un fossé sur le chemin des mots, elle vit un mot à genoux, les bras tendus. Elle s'arrêta, le regarda et c'est le mot qui s'adressa à elle: "Je m'appelle TOI", lui dit-il. "Je suis un mot très ancien mais difficile à rencontrer car il faut me différencier sans arrêt des autres." La petite fille le prit en disant: "J'ai envie de t'adopter, toi, tu seras un bon compagnon pour moi."

Sur le chemin des mots elle rencontra d'autres mots qu'elle laissa à leur place. Elle chercha un mot tout joyeux, tout vivant. Un mot qui puisse scintiller dans la nuit de ses errances et de ses silences. Elle le trouva au creux d'une petite clairière. Il était allongé de tout son long, paraissait détendu les yeux grands ouverts. Il avait l'air d'un mot tout à fait heureux d'être la. Elle s'approcha de lui, lui sourit et dit: "C'est vraiment toi que je cherchait, je suis ravie de t'avoir trouvé. Veux-tu venir avec moi ?" Il répondit: "Bien sûr, moi aussi je t'attendais..." Ce mot qu'elle avait trouvé était le mot VIVRA.

Quand elle rassembla tous les mots qu'elle avait recueillis sur le chemin des mots, elle découvrit avec stupéfaction qu'ils pouvaient faire la phrase suivante: Ose ta vie, toi seule la vivras, elle répéta plus lentement: "Ose ta vie, toi seule la vivras."

Depuis ce jour, la petite fille prit l'habitude d'aller se promener sur le chemin des mots. Elle fit ainsi des découvertes étonnantes, et ceux qui la connaissent furent très surpris d'entendre tout ce que cette petite fille avait à l'intérieur d'elle. Ils furent étonnés de toute la richesse qu'il y avait dans une petite fille très silencieuse.

Ainsi ce termine le conte de la petite fille qui ne trouvait jamais les mots pour se dire.

Posté par _AmerTume_ à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :