16 avril 2013

SOURIONS A LA VIE !

Sourire améliore votre santé, votre niveau de stress, votre attrait auprès des gens. Sourire est aussi un bon moyen de vivre plus longtemps.

1. Sourire rend attirant

Une personne souriante est toujours plus séduisante. C’est un facteur indéniable. On souhaite connaitre la raison de ce sourire. Le bienêtre est attirant. Grimacer repousse, sourire attire.

2. Sourire met de bonne humeur

La prochaine fois que vous vous sentez un peu déprimé, forcez-vous à sourire. Il y a de grandes chances que votre état d’esprit change en même temps. Ca marche dans les 2 sens : être heureux vous fait sourire et sourire vous rend heureux.

3. Le sourire est contagieux

Lorsque quelqu’un sourit, il irradie la salle. Son effet se répercute sur les autres. Une personne souriante apporte toujours un petit plus. Souriez beaucoup, et les gens chercheront votre compagnie.

4. Sourire soulage du stress

Le stress laisse des traces sur le visage. Sourire nous empêche d’apparaitre fatigué, épuisé. Quand vous êtes stressé, prenez le temps de sourire. Le stress devrait réduire.

5. Sourire booste notre système immunitaire

Sourire aide le système immunitaire à mie
ux fonctionner. Quand vous souriez, les fonctions immunitaires fonctionnent mieux, car vous êtes plus relâchés. Plus besoin de médicament, évitez la grippe et les rhumes en souriant.

6. Sourire baisse la tension artérielle

Quand vous souriez, il y a une réduction notable de la pression artérielle. Essayez à la maison si vous avez le matériel.

7. Sourire relâche des endorphines, sérotonines et des calmants naturels.

Les études ont montré que sourire libère ces substances de manière naturelle, responsable de la sensation de bien-être. Sourire est votre nouvelle drogue.

8. Sourire donne un lifting naturel et rend plus jeune

Les muscles utilisés pour sourire dissipent les rides et rendent plus jeune. Pas de botox ou chirurgie. Souriez plus et restez jeune.

9. Sourire donne l’impression d’avoir du succès

Les gens souriants semblent être plus confiants, ont plus de chance d’avoir une promotion et d’être approchés. Souriez pendant vos rendez-vous et réunions et les gens réagiront différemment avec vous.

10. Sourire vous aide à rester positif !!
 
Photo : <3 SOURIONS A LA VIE ! <3
Le Bonheur est un Choix, et Sourire aide à le faire..;)
Sourire améliore votre santé, votre niveau de stress, votre attrait auprès des gens.
Sourire est aussi un bon moyen de vivre plus longtemps.
1. Sourire rend attirant
Une personne souriante est toujours plus séduisante. C’est un facteur indéniable. On souhaite connaitre la raison de ce sourire. Le bienêtre est attirant. Grimacer repousse, sourire attire.
2. Sourire met de bonne humeur
La prochaine fois que vous vous sentez un peu déprimé, forcez-vous à sourire. Il y a de grandes chances que votre état d’esprit change en même temps. Ca marche dans les 2 sens : être heureux vous fait sourire et sourire vous rend heureux.
3. Le sourire est contagieux
Lorsque quelqu’un sourit, il irradie la salle. Son effet se répercute sur les autres. Une personne souriante apporte toujours un petit plus. Souriez beaucoup, et les gens chercheront votre compagnie.
4. Sourire soulage du stress
Le stress laisse des traces sur le visage. Sourire nous empêche d’apparaitre fatigué, épuisé. Quand vous êtes stressé, prenez le temps de sourire. Le stress devrait réduire.
5. Sourire booste notre système immunitaire
Sourire aide le système immunitaire à mieux fonctionner. Quand vous souriez, les fonctions immunitaires fonctionnent mieux, car vous êtes plus relâchés. Plus besoin de médicament, évitez la grippe et les rhumes en souriant.
6. Sourire baisse la tension artérielle
Quand vous souriez, il y a une réduction notable de la pression artérielle. Essayez à la maison si vous avez le matériel.
7. Sourire relâche des endorphines, sérotonines et des calmants naturels.
Les études ont montré que sourire libère ces substances de manière naturelle, responsable de la sensation de bien-être. Sourire est votre nouvelle drogue.
8. Sourire donne un lifting naturel et rend plus jeune
Les muscles utilisés pour sourire dissipent les rides et rendent plus jeune. Pas de botox ou chirurgie. Souriez plus et restez jeune.
9. Sourire donne l’impression d’avoir du succès
Les gens souriants semblent être plus confiants, ont plus de chance d’avoir une promotion et d’être approchés. Souriez pendant vos rendez-vous et réunions et les gens réagiront différemment avec vous.
10. Sourire vous aide à rester positif !!
BONNE JOURNEE MES AMI(E)S!!!.:)..<3

Posté par _AmerTume_ à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les lois de la nature :

La loi de l’unité : Tout est un, unité. Nous sommes tous uniques et similaires, reliés au-delà des apparences.

La loi de l’esprit : Les pensées sont de l’énergie en mouvement. La pensée crée la réalité.

La loi de la dualité : Le jugement apparaît quand nous pensons en terme de beau/laid, bien/mal, grand/petit. En créant des comparaisons, nous engendrons de la souffrance. Le but : trouver la voie du juste milieu.

La loi du libre arbitre : Nous avons toujours le choix de nos pensées, actions, paroles. Nous sommes décideur à chaque instant et créateur de notre réalité.

La loi du donner et du recevoir : Ce que nous donnons, nous revient. Plus nous donnons, plus nous recevons.

La loi de l’attraction : Nous attirons ce à quoi nous croyons et pensons. Tout ce à quoi nous résistons persiste.

La loi de l’abondance : Tout est là en abondance. Regardons donc la nature. Il y en a pour tous. Les richesses sont à rééquilibrer.

La loi de la permanence et de l’impermanence : Tout change. Tout est en perpétuelle évolution. La seule constante c’est le changement. Tout a un début, un milieu et une fin

La loi de l’intention et du désir : L’intention est une énergie qui magnétise ce que nous voulons. Nous ne pouvons pas changer l’autre, mais nous pouvons changer notre regard, notre attitude, nos pensées sur ce qui nous entoure et désirer le meilleur pour tous.

La loi du détachement ou du non attachement : Que l’on aime ou haïsse , nous sommes en lien avec autrui. Chercher l’amour inconditionnel en acceptant les différences pour apprendre d’elles.

La loi du moindre effort : Mettre dans nos actions l’effort juste comme l’archer dans le tir à l’arc. Lâcher les croyances liées à la dureté de la vie.

La loi du dharma : C’est ici et maintenant que les choses se passent. Le futur et le passé n’existent que dans notre tête. Revenir dans le présent pour retrouver notre pouvoir et notre puissance personnelle.

La loi de la réincarnation : Tout se transforme et rien ne se perd. Nous sommes en constante évolution. Dans la nature, les feuilles deviennent le compost…

La loi du karma ou de cause à effet : Ce que nous émettons à un impact. Nous sommes responsables de ce que nous émettons. Emettre des pensées positives générera des résultats positifs.

Posté par _AmerTume_ à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 janvier 2013

Comment refaire le monde ?

317189_207641109301774_381100712_n

Un petit garçon de 8 ans va voir son père, un scientifique qui cherche à résoudre les problèmes de l’humanité.

Le petit entre et lui dit : « Papa, je veux t’aider ! »

Son père le renvoie : « Non, mon fils, j’ai beaucoup de travail. »

Mais le petit insiste. Alors, le père prend une carte du monde dans une revue. Il la découpe en tout petits morceaux, il lui remet le tout avec de la colle et lui dit :

« Voilà, essaie de reconstruire le monde. »

Croyant occuper ainsi son fils pour une dizaine de jours.

Mais après deux heures, le fils a résolu le problème.

« Comment as-tu pu faire cela ? » lui demande son père

« Eh bien, Papa, j’ai vu que de l’autre côté de la carte, il y avait la figure d’un homme. Le monde, je ne le connais pas mais l’homme, si. Alors, j’ai retourné tous les petits papiers. Et j’ai d’abord reconstruit l’homme puis, j’ai retourné le papier, j’avais reconstruit le monde aussi...»

Traditions Amérindiennes

65288_467897829942766_658666883_n

Selon les Traditions Amérindiennes, chaque matin, chacun doit accomplir 4 tâches durant la journée :

1) Apprendre au moins une chose importante aujourd'hui.

2) Enseigner au moins une chose importante à quelqu'un d'autre.

3) Accomplir un bienfait vis-à-vis de quelqu'un, sans que cette personne se doute de quoi que soit.

4) Traiter chaque entité vivante avec respect.

Posté par _AmerTume_ à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Etre ce que l'on est...

Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître, de s'en libérer, de s'en défaire. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées, parfois on gagne, parfois on perd...

N'attendez pas que l'on vous rende quelque chose. N'attendez pas que l'on reconnaisse vos efforts, que l'on découvre votre génie, que l'on comprenne votre amour.

Vous devez clore des cycles. Non, par fierté, par incapacité, ou par orgueil mais simplement parce que ce qui précède n'a plus sa place dans votre vie.
Fermez la porte, changez de disque, faîtes le ménage, secouez la poussière. Cessez d'être ce que vous étiez, devenez ce que vous êtes.

 

 

Hé oui...

394282_283097481766748_250675818342248_613738_1227447326_n

Posté par _AmerTume_ à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 avril 2012

Le conte de la femme en marche vers sa propre vie...

"Il était une fois une femme qui, après avoir traversé toute une vie de femme, habitée par différents amours, puis pas une relation essentielle avec un homme qui fut son mari, après avoir porté et élevé des enfants et exercé une profession passionnante, se retrouva au bord de l’existence, devant l’immense vide de sa solitude, celle de sa rencontre manquée avec elle-même.

Comment est-ce possible ? Comment se retrouver ainsi en solitude au mitan de sa vie, vide de projets, dévitalisée d’avoir trop donné, dépossédée de tous ses rêves car ils avaient été déposés en vain et à fonds perdus chez ceux qu’elle avait tant aimés ?

Comment continuer le chemin en se sentant habitée par une immense fatigue d’être, une profonde lassitude à simplement se réveiller le matin, à ouvrir les yeux, à respirer, se laver, s’habiller, affronter le regard aveugle de tant d’inconnus ? Comment avoir l’énergie d’esquisser des gestes qui n’ont plus de sens, de commencer quelques phrases avortées en imaginant tout de suite que demain est déjà périmé ?

Cela est plus fréquent qu’on ne peut l’imaginer dans le monde des femmes et des hommes d’aujourd’hui.

Au début elle manqua de vaciller devant la béance du désert de sa vie, la violence de la solitude, le vide de l’incompréhension qu’elle sentait tout autour d’elle. Souvent par la suite elle désespéra, quand des pensées malignes infectaient son corps, quand des douleurs tenaillaient son dos, déchiraient son ventre, harcelaient son cœur, quand son mal-être était si fort qu’elle imaginait ne pouvoir tenir debout, qu’elle aspirait à se coucher et mourir de lassitude et de désespoir de vivre.

Elle ne savait pas encore que sa vie n’attendait que ce moment pour se rappeler à elle. Une émotion, qui contenait tout un monde à elle seule, s’éveilla, remonta, chemina par des chemins secrets de sa sensibilité, jusqu’à sa conscience, vint éclore dans ses pensées pour devenir lueur, lumière, soleil avant de se transformer en énergie vivifiante.

Un matin, une petite phrase scintilla dans sa tête, dansa sous ses paupières, fredonna à ses oreilles : « Prends soin de ta vie, prends soin de ta vie, prends soin de ta vie… »

Mais d’autres voix, celles des vieux démons, des habitudes anciennes, vexées de se voir délogées par un courant de vie nouveau, tentèrent de prendre le dessus, de recouvrir la petite phrase par leur propre rengaine.
- Fais attention, en osant t’aventure sur le chemin de tes désirs, en voulant te découvrir toute seule, tu prends le risque de te perdre, de révéler des aspects de toi inacceptables.

-Tes désirs sont trompeurs.

- Tu crois avoir tout, tu n’as rien, tu n’es rien, tu n’as pas été capable de retenir ton mari, de garder tes enfants près de toi, de maintenir ton statut de femme aimée…

- Tu es en transformation, chantait la petite voix du début.

- Tu es affabulation, répétaient les voix d’une ancienne vie.

- Je peux m’aimer et me respecter.

- Pas du tout, tu as besoin d’être aimée, tu ne dois donner ton amour que si tu es aimée en retour !

- Je sens que je peux m’aimer et aimer sans avoir nécessairement un retour… pour le plaisir d’être.

- Non, ton cœur n’est pas suffisamment ouvert pour aimer, simplement aimer. Réfléchis bien, tu sais combien ton égo ne supporte pas de vivre le seul bien-être, le plaisir partagé. Il te faut ses sentiments, des serments, du solide, du durable à toute épreuve…

- Je ne suis ni dans le manque, ni dans le besoin, je suis dans le plein !

- Tu te montes la tête et bientôt tu regretteras, tu verras.

- Je suis musique, je recherche et je trouve mes accords.

- Tout est dérisoire, temps perdu, illusions trompeuses. Ne recommence pas à espérer ce que tu n’atteindras jamais.

- J’existe, j’existe enfin pour moi.

- Non, tu survis, tu végètes. Accepte ton sort sans révolte, sans rêve inutile, tu es sur la pente descendante de ta vie, reste tranquille ! Tout est joué, tu as perdu, tu mérites le repos.

- Je me rencontre… J’ai lâché le superflu.

- Tu vas manquer de l’essentiel : la sécurité !

Face à l’impuissance j’apprivoise des forces secrètes, face à l’urgence je fais confiance à mes états intérieurs, face au chaos j’écoute ma propre voix. Je suis sur ce chemin là.

Etonnée, elle n’entendit plus les autres voix, alors elle décida de s’écouter. A partir de ce jour-là, elle ne fut plus seule. Le dialogue qui l’accompagna l’ouvrit à de multiples rencontres."

 

Extrait de « Contes à aimer. Contes à s’aimer » de Jacques Salomé

Posté par _AmerTume_ à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 juin 2009

LA CONFIANCE...

Je m'efforce de ne jamais juger, de ne pas créer de raz-de-marée,
pour être en paix avec moi-même, vivre ma vie sans problème.
Je sais maintenant pourquoi, je me suis fermée aux gens.
Cela cause tant de désarroi quand tu livres tes sentiments.
Et voilà qu'un beau matin, cette paix filait entre mes mains...

 

Aujourd'hui je me libère, je me dégage de cette colère au coeur...
Une déception face à une situation pour cause et raison c'est comme une trahison.
Aujourd'hui je crache mon venin au visage de tous ces vauriens.
Tous ceux à qui j'ai confié la moindre de mes pensées.
J'aurais dû me méfier et surtout me rappeler :
Que tous mes mots vous ne savez que déformer...

 

Le mot confidence mérite une récompense, celle-ci est la confiance.
Bien des gens ne connaissent pas son véritable sens
Ce n'est pourtant pas sorcier mais certains préfèrent parler et raconter
Avant d'avoir calculé, la portée de leur geste et ce qu'ils allaient causer.

 

Maintenant je me retire de tous ces mauvais mots, ces martyrs.
Je vais vivre ma propre peine d'avoir perdu quelqu'un que j'aime.
Je chasse de mon ciel, ces nuages de malices.
Je laisse les autres à leurs caprices.
Je ne veux vivre de leur colère et de leurs vices.

 

Posté par _AmerTume_ à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'AMOUR

Depuis longtemps on l’attend, on l’imagine. Une enfance remplie de contes de princes charmants et de princesses. On en rêve tous, de cet amour, ce grand amour. Celui qui nous ferait trembler, frissonner; celui pour qui on donnerait notre vie entière. Une flamme nous brûlant le cœur, un sentiment doux et tendre, tantôt feu dévastateur, tantôt eau calme et gentille. On voudrait aimer de toute son âme, de tout son corps ; éprouver cette ardeur qui laisse pantelant mais avec une sensation de plénitude au fond de soi. On le recherche, on lui court après, mais il nous file entre les doigts.

Il arrive un jour comme ça sans prévenir. On ne s’y attendait pas mais il est là, devant nous, arrivé de nulle part et il nous dit que c’est Elle, que c’est Lui. On lui offre son cœur, sa confiance en toute insouciance. On se dit que c’est l’unique, le seul que l’on veut, qu’on restera longtemps ensemble et qu’on s’aimera toujours. On apprend à se connaître, on apprécie tout chez l’autre. Nos yeux sont aveuglés par la lumière de la passion. Du petit clin d’œil complice, on passe aux paroles, puis au baiser pour finalement partager notre bien le plus précieux, nous-même. Du cœur au corps, il n’y a qu’un pas. Il y a bien sûr des passages difficiles, des regrets qui font surface, mais à deux ont est plus fort et d’un geste de la main on efface les nuages qui recouvraient le soleil pour qu’il nous baigne à nouveau de sa chaleur.

On croit le connaître, on croit le maîtriser. Puis un jour, il part sans qu’on puisse le retenir. On a beau le vouloir encore, le serrer une dernière fois dans ses bras, tout est fini. On pleure, on crie, ou on reste abattu, tué par cette mesquinerie de la vie qui nous assassine par derrière. On désespère, on supplie, on se met à genoux, on implore le ciel d’abréger nos souffrances. On a essayé de l’oublier mais son souvenir est toujours là, dans notre cœur, un cœur meurtri qui fait mal. Toutes les larmes de notre corps ne suffisent pas à exprimer notre douleur. Cette partie du cœur arrachée sans délicatesse, coupée à l’aide d’un couteau ébréché laisse une cicatrice à vif qui mettra du temps à se refermer. On veut passer à autre chose mais chaque fois qu’on la rencontre, un reste de braise froide se rallume, un peu. Nos corps se rappelle l’un de l’autre et réclame ce contact si doux, ces instants si tendres. Mais la raison s’en mêle et notre cœur encore si faible s’y soumet, sans pour autant laisser couler encore quelques gouttes d’amertume.

Puis, le temps passe. On pensait que l’on ne s’en remettrait jamais, mais la vie est encore là et elle passe, inexorablement. Les pleurs se sont taris, la blessure se referme lentement. Les sentiments d’injustice et d’abandon ont fait place à la résignation. On se souvient, de tous ces bons moments, de ces rires comme de ces pleurs partagés. Tous ces instants qui restent à jamais gravés dans notre cœur. Petit à petit, on y songe, non avec regret, mais avec la mélancolie des bons moments du passé. Peut-être on réussit à lui pardonner et à lui dire merci pour tout ce qu’elle nous a apporté à cette période de notre vie. Alors, le deuil est fait et la page peu se tourner et aller se placer dans le grand album de notre vie. Un chapitre entier, consacré à tous les sentiments humains que l’on ressent quand on est amoureux.

Un jour, on se réveille et on est ému par un oiseau qui chante, une étoile qui brille dans le ciel ou un beau couché de soleil. On sent que la vie vaut quand même la peine d’être vécue, qu’elle peut encore nous apporter des joies, qu’on aura la force de continuer.

Alors, on se dit que le monde est beau, et on part, l’âme emplie d’allégresse.   


par Créoline, Fille, 1988, Neuchâtel

Posté par _AmerTume_ à 10:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :