01 mars 2007

UNE SOCIETE QUI S'EMMERDE

Le professeur Claude Got, scientifique intégriste totalement grotesque, traite les fumeurs d'agresseurs dans une émission de radio. Passé les bornes, il n'y a plus de limites. Et pourquoi pas assassin tant qu'on y est ?

Nous vivons déjà dans une société lisse, où l'on s'ennuie profondément et où l'on ne sait plus quoi inventer pour se distraire, ca ne va pas s'arranger. Alors les explications que l'on nous donne pour justifier toutes ces interdictions sont d'ordre économiques ou sécuritaires, raisons qui seront toujours d'actualité et donc il y aura toujours une bonne raison d'interdire en tous domaines : où celà va t il donc s'arrêter ?

De plus est il réellement admissible de penser une société entièrement sous contrôle où tout excès serait définitivement banni ? Ne mangeons pas de sucres ; l'obésité nous guette. Ne faisons pas du ski hors piste : c'est l'accident. Ne buvons pas : cirrhose assurée. Ne faisons pas l'amour : on va nous transmettre toutes sortes de choses. Ne téléchargeons pas : ca fait mourir l'industrie. Travaillons plus si on veut gagner plus : si on est chômeur, ce sera notre faute. Et la liste est encore longue...

Tout ce qui se passe en ce moment n'est pas anecdotique, c'est au contraire révélateur d'une orientation sournoise et profonde que prend notre époque. Jamais les médias, quelqu'ils soient n'ont été aussi forts, jamais les armes dont on dispose n'ont été aussi efficaces pour nous contraindre, nous ficher, nous faire aller dans le sens qu'une pseudo-élite souhaite. On veut nous endormir (et le pire c'est que l'on y arrive) par tous les moyens.

Curieusement, on interdit pas tous ces organismes de crédit qui promettent monts et merveilles et dont les clients se trouvent en surendettement ensuite. On voit se multiplier ces jeux stupides de grattage qui annoncent la fortune. Les chaines de télé les plus regardées sont aussi celles qui proposent le plus de jeux, de téléfilms et de feuilletons débiles (avec le prétexte intolérable du "c'est ce que le public veut..."), avec l'abêtissement des masses et la mort de l'esprit critique mais bizarrement rien n'est interdit là, tout et n'importe quoi est autorisé....

Ecrit d'Olivier

Posté par _AmerTume_ à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2007

Le réveille-matin qui fait courir hors du lit

Sans_titre24La revue New Scientist rapportait cette semaine que des chercheurs du Massachussetts Institute of Technology, en banlieue de Boston, ont mis au point un réveille-matin destiné à tirer du lit les profonds utilisateurs à répétition du bouton «snooze».

Le Clocky est muni de roues si bien que lorsqu’il sonne, il se met à rouler dans tous les coins de la pièce. Pour l’arrêter, le dormeur doit donc obligatoirement se lever et courir après le réveille-matin.

L’article de la revue dit même que retrouver l’appareil est si fastidieux que le dormeur n’a plus envie de retourner se coucher. Le facteur de bonne humeur qui suit le réveil du dormeur n’a cependant pas été évalué.

Posté par _AmerTume_ à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

QUE VOYEZ-VOUS SUR CES PEINTURES ?

Si vous voyez un belle femme devant son miroir et deux amoureux : vous êtes plutôt optimistes (réalistes ?)

Posté par _AmerTume_ à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

LENTE DISPARITION DE SOI

Depuis un sacré bon moment je ne suis plus rien.

Quelque chose en moi traîne sa fange, laisse ses marques dans toutes mes cellules.

Je suis une masse informe qui marche comme un fantôme, incapable de s'envoler.

Je ne suis que l'ombre de moi même.

Et encore je crois que mon ombre pèse plus lourd que mon corps tout entier.

Je suis triste, je n'y peux rien.

Les lendemains ne sont pas meilleurs que les veilles.

Demain n'est jamais un autre jour.

Mon coeur ne se remet de rien.

Mes yeux regardent le vide.

Mes nuits ne sont pas plus belles que mes jours.

Je pleure ma propre disparition.

Posté par _AmerTume_ à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2007

LE PORTABLE

portableOn ne se rend pas compte. On ne se doute pas. Mais nous vivons dans un monde féerique : je viens d'apprendre que le téléphone portable ne servait pas qu'à tromper l'ennui quand on est seul, à ce qu'il sonne en plein milieu d'une séance de cinéma ou une représentation de théâtre ; non il y a maintenant mieux, il s'agit grâce à lui de faire du "pare engagement ! Mais, me direz vous, qu'est ce ?

L'expression vient du sociologue Erwin Goffman, cela veut dire : faire semblant de parler même quand on a pas envie de parler. En clair, pour échapper à ce qui nous entoure, on fait semblant d'être au bout du fil. Oui, vous avez bien lu : on fait semblant ! Le sociologue explique que sortir un téléphone est maintenant devenu un signe très fort d'indisponibilité, on ferme la porte à autrui ! Ainsi jouer avec son téléphone au bar ne sert plus à se mettre en valeur (tiens, je ne savais pas que triturer son portable mettait en valeur...) mais au contraire à se fondre dans le cadre des pratiques urbaines ordinaires.

On rigole...On rigole... Mais si on gratte un peu, tout cela ne me semble pas si anodin. Tristesses des temps.

Posté par _AmerTume_ à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 juin 2006

QUE VOYEZ-VOUS SUR CETTE IMAGE ?

ritpleur

Jean qui rit (si on penche la tête à droite)

Jean qui pleure (si on penche la tête à gauche)

Posté par _AmerTume_ à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

LE GRIS DES ROSES

rose5Il y a des jours gris
où la page est à l'envers
où le verbe va de travers

Il y a des jours gris
où l'esprit perd la raison
près d'une âme en déraison

Il y a des jours gris
où seul le souvenir transporte
La mémoire des illusions mortes

Il y a des jours morosesrose6
Mais dites-moi plutôt
Si les épines ont encore des roses

Posté par _AmerTume_ à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juin 2006

COMBIEN Y-A-T-IL DE POINTS NOIRS & BLANCS ?

grille1

Recomptez bien car en fait il y a 0 point blanc & 0 point noir

Posté par _AmerTume_ à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

CADEAU EMPOISONNE

NASHVILLE, Tennessee (AP) -- Un couple d'Américains a reconnu avoir engagé une strip-teaseuse pour le 16e anniversaire de leur fils. Pour avoir fait ce cadeau peu traditionnel, Landon et Anette Pharris ont été placés pour deux ans en liberté surveillée et devront suivre des cours d'éducation...

Pour que leur fils n'oublie jamais son 16e anniversaire, fêté en famille en septembre, les parents libérés avaient loué les services de Cassandra Joyce Park. La jeune femme de 29 ans, qui utilise le nom de scène Sassy d'après la police, a dansé quelques heures pour le plaisir de l'assistance, qui comptait une dizaine d'adolescents. Sous le charme, le public s'est alors cotisé et a rassemblé 150 dollars (125 euros) pour que le spectacle se termine sur un nu intégral, a expliqué Anette Pharris.
La famille, qui avait pris des photographies souvenirs de cette fête, a ensuite déposé les pellicules dans un magasin local pour faire développer les clichés. Le commerçant a alors alerté la police.

M. et Mme Pharris ont été reconnus coupables de manquement à leurs devoirs parentaux. L'effeuilleuse et l'homme qui l'accompagnait ont eux aussi été placés sous liberté surveillée.

Juste après son arrestation, Anette Pharris avait expliqué qu'elle voulait simplement organiser quelque chose de spécial pour son fils et que la fête d'anniversaire s'était déroulée dans une atmosphère familiale. "Même grand-père était là", avait-elle dit.

Posté par _AmerTume_ à 21:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

DITES-LE SANS ATTENDRE

Lui était un homme gros et robuste, à la voix tonitruante et aux manières brusques. Elle était une femme douce et délicate. Ils s'étaient mariés. Lui veillait à ce qu'elle ne manquât de rien. Elle vaquait aux soins du ménage et éduquait les enfants. Les enfants grandirent, se marièrent et quittèrent la maison familiale. Une histoire comme tant d'autres...

Mais quand tous les enfants furent casés, la femme perdit son sourire et devint de plus en plus frêle et diaphane. Elle n'avait plus d'appétit et bientôt ne quittait plus son lit. Inquiet son mari la fit hospitaliser. Des médecins, puis des spécialistes de renom vinrent à son chevet. Mais aucun ne réussit à trouver de quelle maladie elle souffrait. Ils secouaient la tête et ne savaient que dire. Le dernier spécialiste prit le mari à part et lui dit :


"Je dirais.. simplement que votre femme n'a plus envie de vivre."

Sans rien dire, le gros Monsieur s'assit à côté du lit de sa femme et lui prit la main. Une toute petite main frêle qui disparaissait dans la grande main du mari. Puis de sa voix forte et décidée il lui dit :

"Tu ne mourras pas !".
"Pourquoi ?" demande sa femme.
"Parce que j'ai besoin de toi !"
"Et pourquoi ne me l'as-tu pas dis plus tôt ?"

Depuis ce moment, la santé de la femme s'améliora et aujourd'hui elle est en pleine forme. Pendant ce temps, médecins et spécialistes continuent à s'interroger sur la nature de la maladie qui l' avait terrassée et surtout sur l'extraordinaire médicament qui l'avait guérie en si peu de temps.!

N'attends jamais demain pour dire à quelqu'un que tu l'aimes. Fais le tout de suite ! L'amour c'est la vie. Il existe un monde des morts et un monde des vivants. Ce qui les distingue, c'est l'amour

>>>>>> Bruno Ferrero

Posté par _AmerTume_ à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :