21 octobre 2008

PETITE HISTOIRE SUR LE CODE DE LA ROUTE

voiture_0041

Posté par _AmerTume_ à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2008

LECON DE MARKETING

MARKETING FÉMININ :

T'es dans une soirée, tu vois un mec qui te plaît, tu t'approches et tu lui dis "J'suis super bonne au plumard." Ça c'est du marketing direct.

T'es dans une soirée, t'es avec un groupe d'amis, tu vois un mec qui te plaît, un de tes amis s'approche et il lui dit "Tu vois cette nana, elle est super bonne au plumard." Ça c'est de la pub.

T'es dans une soirée, tu vois un mec qui te plaît, tu t'approches, lui demandes son numéro de téléphone, le lendemain tu l'appelles, et tu lui dis "J'suis super bonne au plumard." Ça c'est du télémarketing.

T'es dans une soirée, tu vois un mec que tu connais, tu t'approches, tu lui rafraîchis la mémoire, et tu lui dis "Tu te souviens comment j'suis super bonne au plumard." Ça c'est du management.

T'es dans une soirée, tu vois un mec qui te plaît, tu te lèves, tu t'arranges un peu les fringues, tu t'approches, tu lui sers un verre. Tu lui dis qu'il sent bon, qu'il est bien sapé, tu lui offres une clope et tu lui dis "J'suis super bonne au plumard". Ça c'est du public relation.

T'es dans une soirée, tu vois un mec qui te plaît, tu t'approches et tu lui dis "J'suis super bonne au plumard" et en plus tu lui montres les seins, ça c'est du merchandising.

T'es dans une soirée, un mec s'approche et te dit "J'ai entendu dire que t'es super bonne au plumard." Ça c'est du brandingLe pouvoir de la marque.

MARKETING MASCULIN :

T'es dans une soirée, tu vois une nana qui te plaît, tu t'approches et tu lui dis "J'suis une bête sexuelle, j'suis super bon au plumard, et en plus je tiens toute la nuit." Ça c'est de la publicité mensongère, et c'est puni par la loi.

T'es dans une soirée, tu vois une nana qui te plaît, tu la mates avec des potes, tu fais des réflexions très fines, tu te bourres la gueule, tu ne fais rien du tout et tu rentres bredouille. Ça c'est la réalité du marché.

Posté par _AmerTume_ à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

CA M'FAIT MAL AUX YEUX !!!

rollers

Posté par _AmerTume_ à 20:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2008

CRI PRIMAL

Qu'il est long et douloureux le chemin jusqu'à Soi !

Combien de couches, de carapaces, de blindages entassés, empilés, imbriqués tout au long de notre parcours de vie, au gré des expériences, des rencontres ; des émotions ; extériorisées ou au contraire refoulées.

Et puis se contraindre à aller là, profond, loin, il y a longtemps, pour qu'enfin on touche au cœur de la souffrance oubliée, ou qu'on croyait éteinte, guérie, pansée...

Alors laissez couler les larmes, celles trop longtemps réprimées, hoqueter des sanglots, décharger ses colères et s'autoriser à consoler l'enfant qui pleure en dedans.

Asdetrefle

Posté par _AmerTume_ à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

SACRE LAPIN !!!

lapin1

Posté par _AmerTume_ à 13:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

L'IMAGE DE SOI... ELLE VIENT DE L'INTERIEUR....

image_de_soiL'image de soi est la façon dont on se voit ainsi que la façon dont on se sent. Une personne qui a une bonne image de soi se valorise en tant qu'individu; elle est fière de ses talents et de ses compétences, elle est satisfaite de ses succès, de son image. Bref, elle a une bonne estime d'elle-même et a confiance en elle.

Une bonne image de soi n'est pas héréditaire. Elle est modelée par des expériences vécues, par des messages positifs et négatifs, par notre famille et notre environnement; les préjugés, les stéréotypes et la discrimination sont aussi des facteurs qui affectent l'image de soi.

La perception que nous avons de nous-mêmes influence notre comportement. Si on possède une image de soi positive, nous serons portés à prendre des risques et à essayer de nouvelles choses; nous serons capables d'apprendre de nos échecs.

Objectifs spécifiques :

Définir le concept d'image de soi
Comprendre les facteurs qui affectent l'image de soi
Comprendre comment l'image de soi affecte le comportement
Découvrir la différence entre une image de soi positive et la vanité
Trouver des moyens de façonner une image de soi positive
Acquérir des stratégies permettant d'améliorer l'image de soi

Quelques chiffres….

Les filles ont tendances dès le plus jeune âge, à avoir une moins bonne image de soi que les garçons.

Une image de soi négative est une explication de dépression chez les filles, l’inactivité physique chez les garçons et l’obésité chez les deux.

Une image positive à l’adolescence a un effet positif à long terme sur l’autoévaluation de l’état de santé chez les filles.

Lorsque vous vous regardez dans une glace, que voyez-vous ? La plupart auront tendance à répondre : «MOI !». Et c'est là que tout commence... Ce n'est pas soi que l'on voit. Autrement le «MOI» serait réduit à une tête, un cou, des épaules, peut être plus si le miroir est en pied. Dans ce cas là, prenons deux miroirs : il y a deux MOI, ajouté du MOI qui se regarde. Et si la pièce est remplie de miroirs ?
Dolto racontait l'histoire de ce couple d'américain en voyage à Paris. Ils avaient emmené leur fils avec eux. Etant dans l'obligation de le laisser seul, il l'avait confié à une nourrice. La pièce où il pouvait jouer contenait de nombreux miroirs. Cet enfant fut très vite présenté à Françoise Dolto : destructuration de la personne... Personne n'avait songé à expliquer ce qu'était un miroir et ce qu'il refletait réellement. Ce jeune garçon s'était vu, lui, dans ces miroirs. Il y avait plusieurs LUI, or il pensait être UN. C'est un aspect schizophrénique.

Autre cas que Dolto avait eu à résoudre : une maman avait des jumeaux, homozygotes c'est à dire des «vrais-jumeaux», issus du même oeuf. Il se ressemblait donc parfaitement. A quatre ans, l'un deux tomba malade. Il resta à la maison tandis que son frère partit à l'école. La maman, alors qu'elle faisait la cuisine, entendit son fils appeler et crier contre son frère. Elle rentra dans la chambre où il était resté et le vit devant un miroir en train de se regarder. L'enfant se disputait avec son frère. Ce qu'il voyait dans le miroir était son frère, pas lui.

Réflection de l'image et réflexion sur soi :

Ces deux exemples viennent illustrer le propos et pose la question : y-a-t-il un danger à se voir soi dans le miroir ? Danger n'est peut être pas le terme approprié. Vous l'aurez compris, ce n'est pas SOI que l'on voit dans un miroir, mais une image de soi. Une représention, un reflet de soi n'est pas suffisant pour ETRE. Prenons l'exemple du miroir déformant, il est évident qu'il s'agit d'une image «déformée» de soi. Quelquefois plus large, plus haut, ces types de miroirs vous modèlent presque à l'infini. Il ne viendrait pas à l'idée qu'un simple miroir puisse également déformer. Pourtant le miroir renvoit une image qui ne correspond à une réalité entière.

Certains matins, devant le même miroir, vous pouvez vous trouver «beau» ou «laid» suivant l'image que vous percevez. Des cernes sous les yeux peuvent radicalement changer l'image que vous avez de vous. Mais cette image n'est que le reflet de ce que vous produisez dans votre tête. Si vous vous sentez bien, vous vous «verrez» bien, et réciproquement. Un petit bouton sur le visage présent depuis plusieurs jours peut prendre beaucoup d'aspects et une dimension différente sans prévenir, sans savoir pourquoi. On aura beau se retrancher derrière un : «je ne l'avais pas vu», sa présence soudaine modifie l'intégralité de son être et l'on se retrouve bien souvent réduit à ce simple bouton. On ne voit plus que lui, «les autres, c'est certain, ne voit que ce bouton». Et vous d'autres tenteront de vous rassurer, plus vous en parlerez, plus vous y penserez et plus effectivement vous deviendrez ce bouton et non plus ce «beau jeune homme» ou «belle jeune fille» que vous étiez hier.

Entre les exemples cités par Dolto et notre petit bouton, l'écart est en réalité infime. Il s'agit d'une représentation de soi et non pas soi même. La confusion peut amener à des déchirements importants. La prochaine fois que vous vous regarderez dans une glace, pensez-y, il s'agit de votre image, de votre reflet, et non pas vous-même. S'apercevoir simplement de cette différence, sans chercher à aller plus loin, c'est déjà apprendre à se distinguer ce qui est et de ce qui n'est qu'une image. C'est déjà s'aimer un peu plus...

Par Bettina

Posté par _AmerTume_ à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

MEDITONS UN PEU SUR LE COURAGE

COURAGE"Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. (Jean Jaurès)

"Nous vivons dans une époque
qui place le courage moral au-dessus du courage physique" (Simon Vestdijk)

"
On ne peut répondre de son courage quand on n'a jamais été dans le péril." (François De La Rochefoucauld)

"
Le courage consiste à choisir le moindre mal, si affreux qu'il soit encore." (Stendhal)

"
Quand tout est fichu, il y a encore le courage." (Daniel Pennac)

"
Quel courage il faut , à certains moments, pour choisir la vie !" (Henrik Ibsen)

"
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres." (Aristote)

"
L'épreuve du courage n'est pas de mourir, mais de vivre." (Vittorio Alfieri)

"
Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage." (Périclès)

"
Quand la prudence est partout, le courage n'est nulle part." (Cardinal Mercier)

"
On ne pourrait apprendre le courage et la patience s'il n'existait que de la joie dans le monde." (Helen Keller)

"
Faire confiance est une preuve de courage , être fidèle est un signe de force." (Marie Von Ebner-Eschenbach)

"
Il faut plus de courage pour changer son point de vue que lui rester fidèle ." (Friedrich Hebbel)

"
Tous nous serions transformés si nous avions le courage d'être ce que nous sommes." (Marguerite Yourcenar)
 

Posté par _AmerTume_ à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 juillet 2007

LES 4 MIRACLES DE LA FEMME

miracle_femme

Posté par _AmerTume_ à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

PETITES REFLEXIONS IDIOTES... OU PAS...

Le rire est la seule chose qui différencie l'homme de la bête, si l'on excepte toutefois la veulerie, la méchanceté, l'avarice, la cruauté mentale, l'orgueil, la perfidie, la malhonnêteté, l'alcoolisme, la vulgarité, l'appât du gain et le sens des affaires.

Pour avoir de l'argent devant soi les gens mettent de l'argent de côté. C'est idiot.

On dit que boire du café empêche de dormir. Par contre, dormir empêche de boire du café.

Prendre un coup de vieux, ça ne veut pas obligatoirement dire qu'on se fait taper dessus par un octogenaire.

Comment voulez-vous que je sache si je suis trop gros ? Je ne vois pas le cadran de la balance.

La différence entre l'amour et l'argent, c'est que si on partage son argent, il diminue. Tandis que si on partage son amour, il augmente. L'idéal étant d'arriver à partager son amour avec quelqu'un qui a du pognon.

Un journal coupé en morceau, ça n'intéresse aucune femme. Par contre, une femme coupée en morceau, ça intéresse les journaux.

Moi l'augmentation du prix de l'essence, je m'en fous. Je prends toujours pour 20 euros.

Les hommes sont plus que les femmes victimes de la drogue. Les femmes sont plus que les hommes victimes de la drague.

Il n'est pas nécessaire d'être gros pour être un gros con. Il suffit d'être con.

Dans ce monde de profit qui est le nôtre, l'argent est roi. Tout se monnaie. Tout se paye. Seule la violence est gratuite.

Pour devenir officier, il faut avoir été sous-officier. Pour devenir marin, il n'est pas nécessaire d'avoir été sous-marin.

Si les chats étaient plus sympas avec les souris, les souris n'auraient plus peur des chats. Et ce serait vachement plus facile de les attraper.

Posté par _AmerTume_ à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mars 2007

D'UN AUTRE MONDE...

extraterreestereJ'ai toujours eu l'impression de vivre dans un monde qui n'est pas le mien. D'être d'une époque qui n'est pas la mienne. D'un temps qui m'est étrangé. Je ne suis pas à l'aise dans le monde dans lequel je vis. Les raisons en sont multiples et personnelles souvent. Il n'y a rien d'original à ne pas se sentir bien au moment où l'on existe, rien que très banal dans cet état. Il n'en est pas moins difficile de se sentir en décalage, d'être à contre-courant, de n'être pas dans un moule ou un autre.Et quand je vois justement le monde où ne règne que l'argent, je me sens découragée au delà du possible. Rien que de très banal là aussi, mais ca n'en reste pas moins vrai. Je me désinteresse de la politique parce que la politique s'est désintéressé de nous. Un peu comme ces amis que l'on relance sans cesse et qui ne répondent pas, qu'on finit par laisser tomber, lassé que cela ne marche que dans un seul sens. On nous explique qu'il n'y a qu'une seule voie possible, que l'on vit dans la mondialisation, que toutes les raisons sont économiques. La seule chose à faire, la meilleure, est de  parler d'autre chose, du temps qu'il fait ou qu'il ne fait pas, de cet hiver qui n'est pas venu, de mes prochaines vacances que je ne prendrai pas, de ce que je mangerai demain. Quand j'entends gloser tel ou tel expert sur telle ou telle situation et qui prennent des airs sérieux, pénétrés pour nous expliquer des enjeux qui n'en sont plus je préfère ne rien dire et penser à autre chose...

Posté par _AmerTume_ à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :